Depuis 1999 des contrôles sanitaires renforcés, pilotés par l’ARS, ont lieu sur tous les points de captage d’eau en Martinique. Des points de captage à risque ont été fermés, et des systèmes de traitement ont été ajoutés sur d’autres.

Voici quelques chiffres mis en avant par l’ARS :

Néanmoins, l’une des principales inquiétudes de la population, largement exprimée sur les réseaux sociaux, portait sur la conservation de la potabilité de l’eau lors de son transport jusqu’au robinet, et son éventuelle contamination au chlordécone.

Face à ces inquiétudes, l’ARS a mené entre juin et décembre 2019 une étude complémentaire portant sur la recherche de 435 pesticides dans 62 échantillons prélevés au robinet sur l’ensemble du territoire.

L’ARS vient de communiquer les résultats de cette étude :

  • Sur les 62 échantillons testés 100% sont conformes aux normes fixées par l’Union Européenne;
  • Sur les 62 échantillons, 57 d’entre eux, soit 92%, ne présentent aucune trace de pesticide;
  • Seuls 5 échantillons présentent des traces de chlordécone ou de glyphosate, mais à des taux largement inférieurs à la norme Européenne (entre 3 et 6 fois inférieurs à la norme)

L’ARS précise que de nouvelles analyses ont été menées en fin d’année sur les 5 points de surveillance dont les échantillons initiaux présentaient des traces de pesticides. Lors de ces analyses complémentaires, seul le glyphosate en faible concentration a pu être décelé, mais aucune trace de chlordécone.

L’ARS explique la présence ponctuelle de chlordécone par la provenance de l’eau brute utilisée, ainsi que les mélanges d’eau opérés sur les réseaux de distribution.